Arrivée à Dedinky
photo caption juste à côté de la gare... vue sur dedinky.

Arrivée à Dedinky

Mercredi 14 Septembre (2/2)

A part un petit coup de stress d’Hélène qui pense qu’on a à nouveau raté la gare, le trajet de Košice à Margecany se passe bien !
En arrivant, nous comprenons pourquoi nous n’avons pas osé descendre la nuit dernière : le quai fait à peu près un mètre de large. Même de jour, depuis le train, il est difficile de savoir de quel côté descendre, les portes ne s’ouvrant pas automatiquement… nous rigolons intérieurement.

En face de nous, le train en partance pour Dedinky est à quai, il partira dans quelques minutes à peine. Une fois dedans, nous sommes soulagés pour de bon !
Autour de nous, la nature est déjà magnifique et nous ne regrettons pas notre choix. Les petites montagnes sont couvertes de champs ou de forêt, avec de temps en temps un village qui s’étale le long des voies de chemin de fer.
Le trajet dure 2h. Malgré la fatigue nous regardons autour de nous se dessiner le paysage, prenons des photos et quelques vidéos. La famille d’Hélène a vécu dans cette région quelques temps, son grand-père y est né… il y a donc une dimension supplémentaire à notre voyage par ici. Nous essaierons de visiter le village précis où ils ont vécu si nous en avons l’occasion.
Coïncidence amusante, nous rencontrons justement sur le trajet un américain et sa femme, accompagnés d’une slovaque qu’ils ont hébergée plusieurs fois depuis 15 ans en échange scolaire ou quelque chose d’approchant… jusqu’à ce que lui découvre qu’il avait des origines slovaques l’année dernière ! Il était donc en visite dans la région de ses origines, et venait de compléter son arbre généalogique en rencontrant des personnes d’une branche de sa famille. Nous leur demandons donc s’ils savent comment rejoindre Slovinky, le village qui nous intéresse, mais même son amie slovaque semble dubitative quant à la facilité de l’expédition, car ça semble assez paumé…

Peu après, nous arrivons en gare de Dedinky. Nous espérons y trouver facilement de quoi dormir.
En attendant, le paysage nous émerveille. Le village s’étale au bord d’un grand lac, aux pieds de petites montagnes couvertes de forêts. Nous sommes à 2km environ de la bourgade, de l’autre côté du lac. Nous apercevons ce qui doit être un hôtel, un peu excentré, et sinon des habitations regroupées autour d’une petite église au clocher blanc.

Notre marche nous mène d’abord à l’hôtel où, les prix étant satisfaisants, nous nous installons. Nous faisons ensuite un tour de reconnaissance dans le village. Beaucoup des maisons offrent le gîte et le couvert, parfois sous forme de chambre chez l’habitant, parfois plus en mode auberge/chambre d’hôtes. Nous finissons la soirée dans l’une d’elle par un dîner exquis cuisiné sur demande ! Hélène a choisi un poulet « stroganov », consistant de blancs de poulet émincés accompagnés d’une sauce à la crême, à la tomate et, je crois, au potiron. Je prends pour ma part un plat un peu relevé à base de porc, accompagné de petites galettes de pomme de terre bien fondantes.
Nous rentrons ensuite à l’hôtel, sous une petite pluie qui, nous l’espérons, passera rapidement. Il ne doit être que 18h30 environ, mais nous sommes fatigués de nos dernières péripéties et nous nous couchons avec les poules pour être en forme demain. Ce sera une journée de randonnée.

Laisser une réponse