Bratislava : deuxième tournée
photo caption vue sur le château et nový most depuis starý most, au-dessus du danube

Bratislava : deuxième tournée

Mardi 13 Septembre

Ce soir, nous partons pour Dedinky, un village dans les petites montagnes du Paradis Slovaque. Notre train étant à 23h, nous nous préparons à une journée d’attente ; Bratislava n’étant pas très grand, nous avons déjà le sentiment d’en avoir plus ou moins fait le tour. Cela dit, il nous reste quelques petites choses à voir.
Après un petit déjeuner sur la place principale de la vieille ville, nous commençons par déambuler dans les quelques rues que nous n’avons pas encore explorées. L’une d’elles nous amènent au pied d’une cathédrâle et au bord du Danube. Comme un office a lieu dans l’édifice religieux, nous n’entrons pas, histoire de ne pas déranger.
Le grand pont qui enjambe le Danube est à quelques pas. Il est accessible aux piétons grâce à une voie construite sur son flanc, sous la route utilisée par les voitures. Nous décidons donc d’aller faire un tour de l’autre côté du deuxième fleuve d’Europe. Le Lonely Planet précise que les barres d’immeubles situées de ce côté du fleuve sont le reste de la dictature communiste qui a dirigé le pays. Restant au bord de l’eau, nous n’en sentons pas l’influence plus que cela, mais il y a quand même une forte différence avec « l’autre côté » : cette berge n’est pas du tout construite. Nous évoluons sur un petit chemin entouré d’herbe rase et jaune, brûlée par le soleil qui tape fort en ce milieu d’après-midi.
A part la vue offerte sur la rive d’en face, il n’y a rien à voir de ce côté. Du moins pas sans s’enfoncer un peu dans les terres. Comme notre objectif est de rejoindre l’église bleue, nous retraversons le Danube en empruntant le Starý Most, le Vieux Pont, à environ deux kilomètres en aval du Nouveau Pont, Nový Most.
Ce vieux pont porte bien son nom. Mise à part la passerelle au plancher de bois que nous utilisons, il n’en reste plus grand chose que des poutrelles métalliques et d’anciens rails béant au-dessus des eaux gris-vert du cours d’eau.
L’église Sainte-Elizabeth, ou « église bleue », se trouve à quelques pâtés de maison du pont. Elle est réputée pour son architecture Art Nouveau qui lui donne des airs de chou à la crême ou de guimauve. C’est une petite église toute en volumes et en courbes, peinte en bleu et aux reliefs soulignés de blanc. Des petits miroirs sont incrustés dans les murs le long des liserés, achevant un look complètement fantaisiste et peu commun pour un bâtiment religieux. Comme la plupart des églises que nous avons vues, sont entrée est malheureusement fermée d’une grille métallique. Nous pouvons donc voir l’intérieur mais pas y marcher. Dommage…
Depuis l’église, nous retournons en centre-ville pour une petite collation. Nous avons vu tous les points d’intérêt qui éveillaient notre curiosité. Ainsi, cinq heures après être sortis de l’hôtel et huit heures avant le départ de notre train, nous nous demandions que faire.
C’est alors que, près de la place principale, une musique a éveillé notre curiosité. Déguisés et maquillés de rouge et de jaune, des percussionistes entamaient un air joyeux et entrainant. Souriant toutes dents dehors, l’air joyeux, trois filles et deux jeunes hommes jouaient du tambour pour accompagner la distribution du programme culturel de la ville pour 2011-2012. Ce fut revigorant :)
Après cet intermède musical, nous nous engageons dans une rue, cherchant ce que nous aurions pu rater auparavant. Nous entrons dans quelques magasins, chez des antiquaires, dans une galerie d’art installée dans une cave… plein de petites choses que, somme toute, nous n’aurions pas faites autrement que si nous cherchions à tuer le temps. Elles n’en étaient pas moins distrayantes et intéressantes et c’est amusant de voir que, tout comme un livre peut avoir plusieurs niveaux de lectures, une ville a aussi plusieurs niveaux de découvertes. Ca paraît un peu évident, mais peut-être a-t-on tendance à l’oublier lorsque l’on se balade en touriste…
Enfin, après une pause dans un petit parc où nous étudions les randonnées autour de Dedinky, nous prenons la route de l’hôtel pour y récupérer nos affaires : l’heure du départ se rapproche.
Nous découvrons d’ailleurs un arrêt de trolleybus bien plus proche du centre, d’où une ligne nous amène directement à côté de l’hôtel. Nous l’utilisons pour revenir ensuite, et nous mangeons au 1.Slovak Pub, un restaurant/pub aux airs traditionnels, très agréable, où nous mangeons un véritable cordon bleu. Comprendre par « véritable », que ça n’est pas du Père Dodu, mais du vrai blanc de poulet pané, et fourré de jambon et de fromage. C’était bon :)
Après ce dernier dîner dans la capitale slovaque nous prenons le tram jusqu’à la gare, et prenons place dans notre train vers la nature et les grands espaces.
Il est 23h lorsque nous partons, nous avons une correspondance dans 5h30 et sommes dans un compartiment sans couchette. La nuit va être courte !

Laisser une réponse